• Plan vélo

À l’image de ce qu’elle a fait pour le « plan arbres », la Ville a souhaité se doter d’un « plan vélo », véritable feuille de route concernant les aménagements cyclistes à réaliser, avec comme objectif de faciliter toujours plus l’usage du vélo à Bourg de Péage. Ce document partagé, fruit d’un travail de concertation de longue haleine, permet de faire le point sur la question des déplacements cyclistes, d’intégrer le cadre réglementaire qui s’impose et de cartographier les aménagements en cours de réalisation ou à réaliser sur les prochaines années.

Les différents aménagements en faveur du vélo

Chaque aménagement est défini de façon précise par le Code de la Route et fait l’objet d’un arrêté de circulation et d’une signalétique adaptée. Le choix du type d’aménagement se fait selon un ensemble de critères : vitesse, densité du trafic, configuration de la voie, etc.

Véloroute Voie Verte Vallée de l’Isère / Berges

La voie verte

Route exclusivement réservée aux véhicules non motorisés (cyclistes, piétons, rollers, cavaliers, etc.) / Chaussée indépendante d’une voie existante.

  • Dimension minimale : 3 m

Exemple : futur aménagement centre-ville

La piste cyclable

Chaussée à part entière exclusivement réservée aux cycles / séparée de la circulation par un élément infranchissable type bordures ou élément paysager / Peut-être bidirectionnelle

  • Dimension minimale : 2 m ou 3 m (double sens)
  • Conseil implantation : tout milieu et dès lors que le trafic est élevé

Exemple : Rue Lupis

La bande cyclable

Voie exclusivement réservée aux cycles (2 ou 3 roues + engins de déplacement personnel motorisés - EDPM) sur une chaussée à plusieurs voies / délimitée par une bande discontinue et un pictogramme vélo / Unidirectionnelle (sens de la circulation générale)

  • Dimension minimale : 1,50 m (1,20 m toléré)
  • En milieu urbain, trafic - 10 000 véh/jour, vitesse 30-60km/h.

Exemple : rue de la République

Le contre-sens cyclable

Voirie à sens unique de circulation automobile avec des cyclistes qui viennent à contre-sens

  • Dimension minimale : 1,50 m (1,20 m toléré) si matérialisation d’une voie – Pas d’obligation de matérialisation, mais vivement conseillé. Signalisation verticale à mettre dans tous les cas.
  • Conseil implantation : milieu urbain, vitesse - 30 km/h , trafic - 5 000 véh/jour

Exemple : Rue Hélène Marrand

Le chaussidou

Les véhicules circulent sur la voie centrale bidirectionnelle, les cyclistes sur la bande de rive aménagée.

En cas de croisement automobile, les véhicules peuvent circuler sur la bande de rive, en respectant la priorité aux cycles.

  • Dimension minimale : 1,50 m
  • Implantation sur voie rectiligne avec bonne visibilité, vitesse 30-70 km/h, trafic - 5 000 véh/j

Exemple : rue Paul Gage

La voie partagée

Il existe des aménagements en partage véhicules/vélo, possible si trafic très faible (trafic de desserte locale) et avec marquage d’information essentiellement (pictogramme vélo au sol, panneau indication, etc.)

C’est le cas de la zone 20 (zone de rencontre) réalisée dernièrement Rue Paul Gage : zone avec un partage total de la circulation entre tous les usagers.

Le piéton peut circuler sur la chaussée. Il est prioritaire sur les vélos, eux-mêmes prioritaires sur la voiture. Vitesse 20 km/h, stationnement uniquement sur les places identifiées et marquées.

Les grandes orientations du « plan vélo »

  • Centre-ville : passage à venir en zone 30 (sauf début Grand Rue Jean Jaurès), voies partagées, contre-sens cyclables ou zone de rencontre, pistes cyclables majoritairement au cœur du projet de réaménagement du centre-ville (projet largement présenté en atelier, sur le BDP Mag et sur bourgdepeage.com)
  • Grands axes : création de plusieurs « chaussidou » sur Marrand (1er à voir le jour sur la commune), Lupis, Argod, Zamenhof et Simonet en 2022 / sur Patriotes et Chavant en 2023
  • Réflexions en cours : d’autres grands axes seront concernés par de futurs aménagements vélo : la Maladière et une partie du boulevard Alpes-Provence, l’axe De Gaulle-Pompidou, la rue Pirraud et Antonin Vallon. La réflexion est en cours, en lien avec le département sur les RD, pour savoir quels types d’aménagements seront réalisables et pertinents